Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lepainpartage.com

Le Grelet le 9 juin 1944 témoignage de jean Delage.

11 Mai 2014 , Rédigé par Roro Publié dans #Période 39-45

Le Grelet le 9 juin 1944 témoignage de jean Delage.

Jean Delage devait avoir 8 ans en 1944, il habitait au lieu dit Les Chazeaux commune de Sainte Fortunade, non loin du Grelet. Le convoie Allemand venant de sainte fortunade ce jour du 9 juin 1944 s’est arrété pour fouiller les maisons. Selon lui, ils auraient trouvé dans la grange Bouthouyrie, plus exactement, dans l’étable des vaches, un couchage qui servait au propriétaire lors qu’il veillait les vêlages. Ils auraient trouvé également un fusil de chasse et des cartouches, alors que c’était interdit. Les possesseurs d’arme de chasse avaient étés invités à les déposer en mairie, la chasse elle-même était interdite. Cette hypothèse semble tout à fait plausible en dehors du fait qu’elle soit rapportée par une personne digne de foi. Ceci semblerait expliquer même si ça ne le justifie pas, que les SS mettent le feu à la grange et à la maison et abattent le propriétaire qu’ils jettent dans la fournaise. La troupe d’occupant mis également le feu à la grange et à la maison proche où habite la famille Cammas/ Delage. Cette famille Delage est parente avec celle des Chazeaux non loin de la. La grange aurait eu la charpente et la travée détruite par les flammes, mais à la maison le feu ne se serait pas propagé suffisamment pour la dévaster complètement. Au départ de la troupe un petit groupe d’Allemands est resté alors que les enfants et les femmes éteignaient les flammes sur la grange, il n’était pas question que les hommes puissent être autorisés à intervenir. Le lendemain, le père Delage des Chazeaux avec l’aide des femmes et des enfants est allé en passant par l’arrière de la maison éteinte récupérer les meubles sur une charrette. Lorsque le chargement est arrivé aux Chazeaux, une troupe ennemie était revenue patrouiller. Ces soldats parlaient de fusiller le père Delage, l’accusant de transporter du mobilier pour le maquis. C’est à ce moment la que le père Vaur qui connaissait un peu d’Allemand pour avoir été prisonnier pendant la guerre de 14/18 s’interposa pour expliquer la situation, ce qui suffit pour convaincre l’occupant de mettre sa menace à exécution. Vaur habitait pas très loin, il été un peu parent avec Delage du coté de la famille Cammas, il venait souvent aux Chazeaux voir Delage avec qui il s’entendait bien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article