Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lepainpartage.com

Élections départementales (suite)

3 Mai 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Elections départementales 2015 (suite)

Pour revenir sur la stratégie mise en œuvre dans certains départements, notamment en Corrèze par le « Rassemblement pour une alternative à gauche » RAG, J’en rage un peu qu’il soit été envisagé de se maintenir dans le cas où les listes arrivaient à 12.5 % des inscrits mais n’avaient aucunes chance d’être élues. Cette position consistait à faire le choix de faire élire délibérément les listes de droites. Les discussions que j’ai pu avoir depuis me contrarient beaucoup puisque c’est la langue de bois qui est utilisée. Le fait de se retirer et laisser les électeurs faire leur choix en connaissance de cause, ce qui est le cas lorsque la liste n’a pas la possibilité de se présenter est considéré comme la volonté de faire élire les représentants de la politique gouvernementale, c'est-à-dire la droite représentée par le parti socialiste. Donc se retirer ce serait soutenir le PS et la politique de droite qu’il mène ! Devant cette mauvaise foi, j’ai réussi à faire avouer à demis mots et même clairement qu’il y a la détermination à faire revenir la droite traditionnelle le « plus rapidement possible, parce qu’après on pourra préparer l’alternative »

Tout cela me peine. Pas par ce que je souhaiterais sauver les postes d’élus des socialistes, qui n’ont rien fait pour se démarquer de la ligne gouvernementale, ce qui supposerais que je partage plus où moins leur politique comme certains interlocuteurs disent où sous entendent, mais simplement pour ne pas me départir du fait qu’il faut avancer et construire avec les gens, les citoyens. Donc les laisser faire leur choix est primordial pour êtres compris et avancer avec eux, Rien ne se fera sans eux. Par conséquent, les stratégies qui se veulent savantes et super révolutionnaires sont coupées de la réalité, elles sont l’apanage de personnes qui ne font pas confiance au citoyens et qui s’imaginent devoir penser à leur place.

Nous sommes face à des comportements gauchistes et sectaires (ce qui est plus où moins la même chose). On peut très bien être révolutionnaire sans être sectaire, aussi bien que de travailler à rassembler les gens susceptibles de construire ensembles une alternative crédible, sans être opportunistes. Mais pour cela il faut le vouloir et faire travailler ses neurones. Malgré une super- campagne, même insuffisante en termes de présence sur le terrain et un score salué par beaucoup, j’en ressorts déconstruit politiquement dans la mesure où les électeurs sont présents, ils nous font confiance, ils sont prêts à être plus nombreux. C’est à ceux qui pensent pouvoir les représenter d’êtres à la hauteur de leurs espérances. La balle est dans notre camp ! Je pense en cela aux candidats potentiels, aux partis politiques, à ceux qui ont la conscience qu’on peut changer les choses.

Voila qu’à peine avons-nous fait les comptes de la confiance qu’on a eu où de celle qui nous a manqué pour avoir des élus, que la question de savoir sous quelle configuration politique nous allons affronter l’échéance suivante, se pose. C’est un peu l’inconnue, tout est à recommencer. Parce que ce n’est pas le projet qui prime sur la place des partis, mais le contraire. En tout cas pour ceux qui sont d’abord préoccupés par « avoir le maximum d’élus ! » Pourtant le mode d’élections des régionales, la proportionnelle permet d’allier les deux options et la, la question du maintien au second tour se pose d’une façon totalement différente. Le maintien au second tour est la condition dans ce nouveau cas de figure indispensable pour affirmer l’indépendance par rapport à la « goche » de droite et l’unité de l’alternative.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article