Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
lepainpartage.com

Le point de vue du parti de gauche

28 Juillet 2013 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

L'austérité, "un paradis pour les grandes fortunes"

E-mail Imprimer PDF

(Publié le 22/7/2013)

La Fête départementale du  Pont des Angles s'est déroulée les 13-14 et 15 juillet 2013. Elle fut riche en débat, en réflexion et en convivialité.

L'austérité et la VIème République étaient au coeur de la fête départementale du Parti Communiste au Pont des Angles. La manifestation politique, culturelle et conviviale a rassemblé ce week-end de nombreux citoyens avides de réflexion, de débat et de fraternité. Les organisateurs ont mis un accent particulier sur la Révolution française en organisant une exposition et une conférence-débat sur cette période cruciale de l'histoire de France.

Le débat sur l'alternative à l'austérité et pour une VIème République a été bien suivi dimanche matin . Autour de l'animateur, Alain Guilbert, membre du Comité exécutif fédéral du PCF, les intervenants issus de toutes les organisations du Front de Gauche ont livré leur sentiment sur la politique actuelle menée par le gouvernement.

Voici le texte intégral de l'intervention de Roger Colin, pour le Parti de Gauche de Corrèze (PG19).

1) L’austérité conduit à la récession économique, ce qui produit du chômage et une moindre entrée des finances en taxes et en cotisations sociales, c'est-à-dire que l’austérité s’alimente elle-même. Alors que nous disons, nous, que c’est la consommation, autrement dit, c’est le pouvoir d’achat qui est le moteur de l’économie.

2) C’est pour cela que le capitalisme est aux prises avec ses propres contradictions : la politique de l’offre ! (le productivisme et les lois du marché, inadéquation entre l’offre et la demande solvable). La solution pour le capitalisme afin de résoudre les problèmes des grandes multinationales consiste à étendre la zone du marché (Les frontières de l’Europe hier, le GMT aujourd’hui)

Et par ailleurs augmenter la productivité, baisser le coût du travail afin de conserver voire d’accroitre ses profits. Il faut faire accepter par les travailleurs et la population la remise en cause de leurs acquis, emplois, niveau des salaires, retraites. À ce sujet nous avons des rendez-vous à la rentrée.

3) Pour ce faire, la prétendue dette publique est bien commode pour justifier cette politique d’austérité.

Mais la dette c’est surtout le fait de la dette illégitime, cette partie de la dette publique qui est due non pas à des emprunts destinés à financer des investissements, mais à ceux destinés à remplacer les « non-rentrées » de moyens, de par les cadeaux faits aux plus riches et compensés par des emprunts. (Donc des cadeaux aux riches que l’on veut faire payer aux français)

C’est aussi les frais financiers des emprunts payés aux banques qui servent d’intermédiaires, alors qu’il suffirait que la BCE prête directement aux Etats : ceci représente 50 Milliards d’Euros par an.

C’est dans ce contexte que les gouvernements acquis au libéralisme appliquent une politique qui va dans le sens des exigences du patronat, des financiers et du capitalisme mondial.

4) Le capitalisme, à ce stade d’évolution, se caractérise clairement par l’accaparement des richesses au profit de quelques uns, et par un productivisme qui met en danger les équilibres de la planète.

Nous leur opposons l’éco-socialisme, et pour cela les changements se feront par les luttes simultanément avec la volonté politique de ceux qui sauront être les dignes représentants de la volonté populaire.

5) Or, nous sommes toujours en attente des changements de politique en France. Le Front de Gauche a permis de battre la droite afin de rendre possibles les changements, quand bien même cela ait été sans illusion. En tout cas nous avons répondu présents pour ce qui a été en notre pouvoir. Mais nous n’avons même pas eu droit à un gouvernement social démocrate, ni même social libéral, mais libéral assumé, aux petits soins du MEDEF.

6) Aussi aujourd’hui des voix s’élèvent, y compris dans la majorité, pour demander un changement de cap.

Nous leur disons : oui nous pouvons nous retrouver, nous rassembler, mais ce ne peut être que sur un projet anticapitaliste qui procède à une autre répartition des richesses. Le programme « L’Humain d’abord » contient les dispositions à prendre pour la durée d’une législature, qui vont dans ce sens. Cela consiste dans un premier temps, à taxer les revenus du capital au même niveau que les salaires. A quoi il faut ajouter de mettre fin à l’évasion fiscale et tout le reste, qui représente plusieurs dizaines de milliards.

7) Sachant que l’objectif dans le cadre d’un projet de société est que nous mettions fin à l’accaparement des richesses des entreprises et de la nation par le biais de l’actionnariat, qui représente en France chaque année 100 milliards d’€ qui sont distribués en dividendes.

8) Au sein des forces qui se réclament de « la gauche », il y a des positionnements qui ne sont pas compatibles. Pour celles et ceux qui se sentent proches de nous, je leur dis «Ne jouons pas au chat et à la souris ! Faites votre choix. Retrouvons nous dans les luttes de la rentrée, sur la question des retraites, sur le GMT.

Retrouvons nous sur un projet politique anticapitaliste ! Avec la défense et l’extension des services publics, y compris municipaux. Il faut savoir si nous sommes là pour « sauver le soldat Ryan » ou pour appliquer un programme antilibéral. Ce qui nécessite de l’abnégation, du courage de la volonté !

Les citoyens ont besoin d’une vraie alternative, forte et crédible. N’oublions pas qu’il y a une porte ouverte vers l’extrême droite si nous ne sommes pas à la hauteur de la situation.

En tous cas nous avons rendez-vous avec le mouvement social à la rentrée. Préparons-le !

Bonnes vacances à tous !

Lire la suite

Qui plume la volaille ?

27 Juillet 2013 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Coq.jpg

 

 

 Une inquiétude se fait jour dans le domaine de production de volaille, notamment en Bretagne, en raison de la fin de l’aide à l’exportation. Il faut être solidaires des employés  qui voient leur avenir menacé de par la mauvaise gestion de la part du patronat pour qui le sort des employés est quantité négligeable.  Les pouvoirs publiques ont la responsabilité de ne pas s’êtres préoccupé  de  répondre à la situation et organisé la filière autrement. De subventionner l’exportation à outrance pour faire des produits d’une qualité discutable envoyés   à l’autre bout du monde, alors que 40 % de notre consommation provient de l’importation est une aberration. C’est pourtant ce que défendent certains milieux agricoles qui  demandent « de diminuer les couts de production pour faire face à la concurrence brésilienne » comme j’ai pu le lire, ce qui n’a aucuns sens.

  Nous avons dans le Limousin et le Périgord, pour ce que j’en connais des producteurs et groupement de producteurs capables de fournir des poulets de bonne qualité à des couts abordables. Elevés en semi-liberté et nourris uniquement aux céréales. Fort heureusement les consommateurs ont bien compris l’intérêt pour l’environnement, la traçabilité,  pour leur santé et pour l’économie Locale, régionale et nationale. Plutôt que la loi du marché capitaliste mondialisé, la souveraineté en terme alimentaire doit être défendue. Les productions alimentaires doivent sortir du cadre de l’organisation mondial du commerce, les aides de l’Europe, et tout particulièrement celle à la disposition de l’état, doivent être réorientées vers les productions à taille humaine sur un cahier des charges de qualité. (Ce qui est le cas dans plusieurs domaines, mais en particulier aussi en matière de production porcine). La concurrence Allemande utilise des travailleurs étrangers sous payés, il faut s’opposer au niveau de l’Europe au Dumping social. Voila ce que doit être l’action de tous ceux qui ont conscience que l’agriculture est en élément essentiel de l’avenir de l’humanité. Voila aussi pourquoi il faut s’opposer au GMT (Grand marché Transatlantique). Les échéances électorales pour renouveler l’assemblée Européenne en 2014 sera l’occasion d’y revenir !  

 

Lire la suite

Sur les vrais questions de société

18 Juillet 2013 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Jean-Luc Mélenchon  17 Juillet 2013

 

  Il ne suffira pas d'en finir avec les options politiques d'austérité et d'ajustement structurel qui dévastent l'Europe. Il faudra rompre aussi  avec le modèle de consommation et d'échange. Il ne suffit pas d'en avoir conscience. Il faut se préparer effectivement avec des propositions concrètes et des modes opératoires. Sinon nous ne réglerons aucun des problèmes que rencontre aujourd'hui l'écosystème humain ni aucune des impasses existentielles que construit la société de frustration consumériste. Mais surtout si nous perpétuions les modes et les usages de la société de consommation néolibérale, nous reproduirons en même temps l'ensemble des valeurs et des comportements qui y sont attachés. Dés lors, la révolution citoyenne ne met pas seulement à l'ordre du jour la question du partage de la richesse et des formes de l'exercice du pouvoir. La définition et le contenu de cette richesse, l'objet du pouvoir à exercer et les domaines auxquels ils s'appliquent sont les dimensions qualitatives sans lesquelles le reste ne prend pas de sens de façon durable.

J L M

Lire la suite