Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lepainpartage.com

C'est calme

1 Août 2008 , Rédigé par Roro

  Les vacances sont la pour beaucoup, les Juilletistes vont reprendre le travail et les Aoutiens partent. Bien entendu il y a ceux qui rèstent. On est pas mal chez soit finalement, en faisant quelques petites sorties à l'occasion.
  Demain 2 Aout Je suis en dédicaces à Davignac à la journée du terroir.  Le nom de cette bourgade sonne bon  les souvenirs  du bon vieux temps, l'époque où les jeunes "papys" et "mamys" que nous sommes devenus, étaient des jeunes gens. Certains sont restés au pays, d'autres sont partis au moment d'une importante èxode  rurale; à cette époque où Jean Ferrat chantait  "La montagne " "Ils quitent un à un le pays, pour s'en aller gagner leur vie, loin de la terre où ils sonts nés , depuis longtemps ils ont révé de la ville et de ses secrets du formica et du siné...."
(Le "formica" ou revètement stratifié des meubles de cuisine était nouveau à ce moment la!)

  Dimanche 3 Aout au Puy Grand de Chamboulive où se produira en chanson Muriel Dichamp qui est aussi auteur de plusieur ouvrages  à la Veytizou et libraire à Uzerche.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Roro 09/08/2008 17:09

Mes excuses pour les erreures de frappe. Accordéon et " je le partage ."

Roro 09/08/2008 17:02

"Au bon vieux temps" c'est souvent une façon de parler et Roger Eymard donne son avis à ce sujet dans son livre "l'acordeon de la liberté" si je me souvient bien,je le partage tout à fait cette opinion !
Pour moi ici, le bon vieux temps signifie celui ou nous avions une vingtaine d'année. Je ne développe pas mais c'était malgré tout le bon temps. Notre jeunesse notre anvie de changer le monde ect. .

Dominique 19 08/08/2008 11:18

Quelques réflexions inspirées de cet article : J. Ferrat que j'apprécie aussi beaucoup, disait, dans la même chanson "ils seront flics ou fonctionnaires, de quoi attendre sans s'en faire que l'heure de la retraite sonne..."
On sait aujourd'hui que même si une carrière "fonction publique" était plus "sécurisante" que de tenter de gagner sa vie dans les rocailles d'Ardèche ou d'ailleurs, l'heure de la retraite sonne de plus en plus tard ; et que l'attendre "sans s'en faire" n'est guère compatible avec la mission de service public, pourvu qu'on y croit encore un peu...
Enfin, par rapport au "bon vieux temps" que vous évoquez, je renvoie toujours les utilisateurs de ce cliché aux propos de Roger Eymard, auteur régional lui aussi et fondateur de Peuple et Culture (PEC) en Corrèze : "Le bon vieux temps ? Finalement pas si vieux... et pas si bon !"