Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lepainpartage.com

Articles récents

Alternative

3 Janvier 2016 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Alternative

(Article revu)

Lors d'une discussion un ami me disait de ne pas oublier que le programme du Front de Gauche n'est pas révolutionnaire. C'est exacte. Malgré tout, mon sentiment est qu'il ne doit pas y avoir une politique visant à amoindrir et apaiser les plaies en attendant le grand soir. Chaque élément d'un programme national portant sur une législature ne peut que s'inscrire dans la mise en place peut ou prou des bases d'une nouvelle société libérée du dictât de la finance.

C'est ainsi que la question du chômage doit être abordé : a savoir qu'il est nécessaire d'investir dans les énergies renouvelables et d'autres domaines et il est indispensable d'avoir un bon niveau de productivité ne serais ce pour éviter de dépendre de l'extérieur et maintenir l'emploi en France.

Cela ne suffit pas ! Le libéralisme productiviste a cassé l'emploi, c'est avec la réduction du temps de travail que l'on pourra le recréer. Bien entendu le financement ne peut qu'être assuré par la remise en cause des profits de la finance, cela suppose une volonté politique, mais si les français adhèrent à notre projet nous en auront la force. Dans ces conditions on aura la réaction des actionnaires qui risquent pour faire capoter les changements où parce que leur taux de profits devient à leur grès insuffisants de retirer leur capitaux investis. Ce qui pose la question de re-financer les sociétés autrement et du coup remet en cause la financiarisation de l'économie, l'accaparement des richesses produites par l'actionnariat et de fait le capitalisme.

Baisser le temps de travail, Maîtriser le crédit et l'investissement, donner le pouvoir dans les entreprises aux travailleurs, doivent être nos objectifs mais aussi nos mots d'ordre.

Quelle société nous voulons , comment nous pouvons y parvenir ? Il est temps de lancer le débat public au lieu d’être timoré et d'avoir un discours qui tranche peu finalement avec les autres. Il y en a marre des discours abstraits qui ne veulent rien dire au fond. Pour les forces qui se veulent alternatives si elles sont prêtes à assumer leurs responsabilités doivent engager le débat y compris (et surtout même) lors des campagnes électorales avec les citoyens parce que les changements ne se feront qu'avec eux.

Je n'ai jamais cru au grand soir, mais à la mise en place de mesures qui s'imposent progressivement et qui résolvent les problèmes posés tout en installant de nouvelles bases à la société. N'en déplaise aux nostalgiques de l'opposition surannée entre les réformes démocratiques et la révolution.

Tout cela signifie que l'échéance des élections présidentielles devra être l'occasion de se positionner. Nous, y reviendrons.

Lire la suite

Rentrée d'automne 2015

5 Octobre 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

J’ai pour habitude d’être discipliné et d’agir de concert dans un cadre collectif, si non nous n’arriverions à rien. Ce n’est pas sans faire valoir ma différence sur certains sujets. Lors de la préparation des élections départementales, j’avais émis l’idée qu’au second tour de scrutin notre liste de rassemblement alternatif ne se maintienne pas (sauf évidemment s’il était possible de l’emporter au second tour) et n’appelle pas à voter pour les socialistes, mais déclare qu’il leur appartenait de s’engager ou non sur la base de notre programme. Ceci afin de donner des gages à notre électorat. S’ils veulent les voix de nos électeurs c’est à eux à aller les chercher ! Je n’ai pas été suivi. Mais devant la situation nos candidats du canton de Seilhac ont adopté cette attitude la, celle de la raison. (Dans le cas contraire, alors que la liste conduite par le PCF sur Meymac mille vaches, a appelé à voter socialiste au second tour, le positionnement à l’opposé sur chaque canton cote à cote aurait fait mauvais effet. Certains partis ayant signé la charte avec l’intention de ne pas la respecter… bref. Amateurisme ? Ou apprentis sorciers. )

De la même façon, je pense que pour les régionales le maintient au second tour s’impose si c’est possible. Dans le cas contraire, où la liste front de gauche ferait moins de 10% il faudrait envisager une alliance avec EELV pour le second tour dans la mesure des possibilités. Si cela n’est pas possible, une alliance politique étant exclue avec les socialistes, cela ne me dérangerait pas que nous allions à une alliance technique avec eux et les verts.

Une alliance technique ne suppose nullement une soumission mais au contraire permet à chacun de garder son programme, son indépendance tout en ayant une représentativité qui permet de porter ses idées. Si non, nous n’existons pas. Ce sera la ligne suivie par les tètes de listes communistes qui veulent avoir le maximum d’élus et qui iront négocier. Je ne ferais pas de commentaires à ce sujet, mais finalement, à la réflexion, je n’y suis plus opposé, parce que dans un an et demi nous changerons de majorité à la tète de l’état. Alors nous aurons besoin de représentants pour ferrailler dans les instances élues. Les positionnements visant à considérer qu’il faut battre l’équipe actuellement en place n’aura plus de sens. La question qui se pose est: comment cette attitude sera perçue par l’électorat ? En dehors de quelques récalcitrants. Je n’ai pas toutes les réponses mais j’ai l’habitude de constater que souvent on prend les électeurs pour de novices. Alors Qu’ils savent souvent faire la part des choses mieux que beaucoup qui se prennent pour des stratèges. La question étant de savoir dans quel état d’esprit les choses se font. Si c’est pour faire référence à un éventuel rassemblement de la « Gôche », pour moi il n’en et pas question, je ne vais en développer les raisons qui sont évidentes. Le texte de l’accord du front de gauche qui vient d’être publié me satisfait bien et aux cotés de Dartignole, la présence de Stéphane Lajaumont pour « Ensemble » et Laurence Pache au nom du « Parti de Gauche » est une garantie incontestable.

Lire la suite

Élections départementales (suite)

3 Mai 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Elections départementales 2015 (suite)

Pour revenir sur la stratégie mise en œuvre dans certains départements, notamment en Corrèze par le « Rassemblement pour une alternative à gauche » RAG, J’en rage un peu qu’il soit été envisagé de se maintenir dans le cas où les listes arrivaient à 12.5 % des inscrits mais n’avaient aucunes chance d’être élues. Cette position consistait à faire le choix de faire élire délibérément les listes de droites. Les discussions que j’ai pu avoir depuis me contrarient beaucoup puisque c’est la langue de bois qui est utilisée. Le fait de se retirer et laisser les électeurs faire leur choix en connaissance de cause, ce qui est le cas lorsque la liste n’a pas la possibilité de se présenter est considéré comme la volonté de faire élire les représentants de la politique gouvernementale, c'est-à-dire la droite représentée par le parti socialiste. Donc se retirer ce serait soutenir le PS et la politique de droite qu’il mène ! Devant cette mauvaise foi, j’ai réussi à faire avouer à demis mots et même clairement qu’il y a la détermination à faire revenir la droite traditionnelle le « plus rapidement possible, parce qu’après on pourra préparer l’alternative »

Tout cela me peine. Pas par ce que je souhaiterais sauver les postes d’élus des socialistes, qui n’ont rien fait pour se démarquer de la ligne gouvernementale, ce qui supposerais que je partage plus où moins leur politique comme certains interlocuteurs disent où sous entendent, mais simplement pour ne pas me départir du fait qu’il faut avancer et construire avec les gens, les citoyens. Donc les laisser faire leur choix est primordial pour êtres compris et avancer avec eux, Rien ne se fera sans eux. Par conséquent, les stratégies qui se veulent savantes et super révolutionnaires sont coupées de la réalité, elles sont l’apanage de personnes qui ne font pas confiance au citoyens et qui s’imaginent devoir penser à leur place.

Nous sommes face à des comportements gauchistes et sectaires (ce qui est plus où moins la même chose). On peut très bien être révolutionnaire sans être sectaire, aussi bien que de travailler à rassembler les gens susceptibles de construire ensembles une alternative crédible, sans être opportunistes. Mais pour cela il faut le vouloir et faire travailler ses neurones. Malgré une super- campagne, même insuffisante en termes de présence sur le terrain et un score salué par beaucoup, j’en ressorts déconstruit politiquement dans la mesure où les électeurs sont présents, ils nous font confiance, ils sont prêts à être plus nombreux. C’est à ceux qui pensent pouvoir les représenter d’êtres à la hauteur de leurs espérances. La balle est dans notre camp ! Je pense en cela aux candidats potentiels, aux partis politiques, à ceux qui ont la conscience qu’on peut changer les choses.

Voila qu’à peine avons-nous fait les comptes de la confiance qu’on a eu où de celle qui nous a manqué pour avoir des élus, que la question de savoir sous quelle configuration politique nous allons affronter l’échéance suivante, se pose. C’est un peu l’inconnue, tout est à recommencer. Parce que ce n’est pas le projet qui prime sur la place des partis, mais le contraire. En tout cas pour ceux qui sont d’abord préoccupés par « avoir le maximum d’élus ! » Pourtant le mode d’élections des régionales, la proportionnelle permet d’allier les deux options et la, la question du maintien au second tour se pose d’une façon totalement différente. Le maintien au second tour est la condition dans ce nouveau cas de figure indispensable pour affirmer l’indépendance par rapport à la « goche » de droite et l’unité de l’alternative.

Lire la suite

Le pain partagé en PDF

17 Avril 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Litérature

Le pain partagé

Tiré à 2000 exemplaires est arrivé à épuisement du stock Vous pouvez le lire ou télécharger En P D F ci dessous

 

Cadeau pour les lecteurs. le texte en PDF

Lire la suite

Elections départementales

3 Avril 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Les candidats "Rassemblement pour un Alternative à Gauche" Canton de Sainte-Fortunade Corrèze.

Les candidats "Rassemblement pour un Alternative à Gauche" Canton de Sainte-Fortunade Corrèze.

Élections départementale 2015

En Corrèze comme ailleurs, le parti socialiste à mené une campagne sur le thème de la gestion départementale, il ne s'est à aucuns moments démarqué de la politique du gouvernement. Toute foi se faisant, il laissait la porte ouverte à un rapprochement de l'électorat de la majorité départementale précédente au second tour. Le mode de scrutin mis en place par Manuel Vals lorsqu'il était ministre de l'intérieur interdit de fait l'espoir d'une représentation de la diversité représentative et citoyenne, ce qui se traduit en Corrèze par l'élimination de représentants De la Gauche Alternative et évidemment n'incite pas à se déplacer au second tour mais surtout, le parti socialiste qui avait commencé sa campagne avec la ligne: gestion du département a donné un tournant avec la venue du premier ministre à quelques jours du scrutin ce qui suppose de fait le soutien de ses candidats à la politique gouvernementale. Cette manœuvre politique fait qu'un accord de l'ensemble de la gauche au second tour aurait supposé un ralliement à la politique du gouvernement Valls et ceci était impossible.

De toutes façons le mécontentement de la ligne du gouvernement est tel dans le pays que la politisation de ces élections départementales s'imposait.

La situation la plus prévisible se confirme. Poussée des listes de droites, poussée du FN la où il est présent. Les listes majorité départementale en Corrèze sont en recul, d'une façon moins importante qu'on aurait put le penser au premier tour. La gauche alternative obtient des résultats contrastés. Pour le canton de Sainte-Fortunade et celui de Naves, nous faisons un score qui s'approche de celui du second tour des régionales, (qui était à 20 %,) avec 18,29 et 17,62. A noter un certain nombre d'enveloppes avec les deux bulletins: majorité départementale et alternative à gauche.

Le soir du 22 Mars, répondant à des questions de maires je leur disais que de toutes manières les électeurs n'en font qu'à leur tète, qu'il fallait leur faire confiance pour la suite. Au petit matin du 23 Mars je fut réveillé par l'appel téléphonique du chef de file de la liste « majorité départementale » (en fait PS) Mais pour le camp du Rassemblement pour une Alternative à Gauche, les choses avaient été annoncées bien avant et de toutes façons une réunion devait se dérouler lundi soir pour rédiger un positionnement d'ensemble sur le département. Je précise à mon interlocuteur qu'il n'est pas prévu de le rencontrer.

La consigne donnée par les représentants des 5 organisations politique est la suivante : « se mobiliser contre la droite, l’extrême droite et tout ceux qui pratiquent une politique d'austérité »

Les organisations sont : Parti communiste, Parti de gauche, ensemble, associés à Europe écologie les verts et Nouvelle donne.

Sur le canton de « Seilhac les Monèdières » la liste RAG est en position de se maintenir. Les conditions de la charte qui nous lie dit que dans se cas on se maintient mais les candidats prennent la responsabilité de se retirer en indiquant que cela se fait sans appel à voter pour la liste socialiste, qu'il appartient à cette dernière de se déterminer en prenant les positions utiles à satisfaire l'électorat convoité et que de toutes manière elle n'a pas fait le plein de son électorat traditionnel donc que la balle est dans son camps. Le résultat est que la liste adverse de droite est élue largement malgré le retrait de RAG ce qui veut dire que le parti socialiste s'est battu tout seul. Un maintien de la liste arrivée en troisième position aurait consisté à faire élire l'opposition départementale (droite) d'une façon délibérée. Se retirant, les candidats de l’alternative, laisse ouverte la possibilité à la majorité départementale de s'en sortir. Celle-ci en sort battue. Il ne lui reste plus qu'a en tirer les conséquences. La raison n'en est pas dans la gestion du département, mais la politisation nationale s'est imposée de fait du rejet massif de cette dernière dans l'électorat. Nous avions eu un avant goût lors des élections municipales.

Je reçois des appel de félicitation pour le score de notre liste sur le canton de Sainte-Fortunade 18,29%. Je n'avais pas osé pronostiquer ouvertement un chiffre que je considérais comme possible. Ce n'ai pas extraordinaire et correspond aux potentialités. Je ne suis pas le seul à penser que le résultat aurait put être supérieur si la mobilisation avait été à la hauteur, mais bon ; nous l'avons fait ! Nous aurions put être dans la possibilité de se maintenir au second tour. Dans ce cas j'aurais été très mal puisque la charte exigeait de se maintenir avec les 12,5% des inscrits, alors que je partage l'attitude de nos camarades des Seilhac. Ils ont pris la bonne décision. Ils ont eu le courage de désobéir (« le droit à la désobéissance » cela me rappelle quelque chose.... ) à suivre

( a suivre) le 03/Avril 2015

Lire la suite

L'agriculture

18 Février 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Vaches Limousine à Sainte Fortunade

Vaches Limousine à Sainte Fortunade

La ruralité


Les activités du canton, avec les commerces, l'artisanat, les services , le tourisme, reposent pour une large part sur l'agriculture qui est un élément essentiel de l'avenir de l'humanité, la base même de l'économie rurale.
Pour cela les collectivités, communes, communautés de communes, départements, régions doivent êtres attentives et apporter les soutiens nécessaires. Qu'il s'agisse de la question du foncier en complément des organismes agissant à cet effet pour préserver les terres agricoles, les stoker éventuellement pour proposer aux porteurs de projets, même petits, les moyens de s'installer. C'est aussi les actions d'aide à la distribution locale et régionale de produits frais de qualité exempts de pesticides à des tarifs simplement rémunérateurs.
Mais aussi le soutien aux revendications qui vont dans le sens de la défense du métier de paysans en terme de prix et de limitation des marges de la distribution. Car, dans ce domaine on ne palliera pas les insuffisances, voire les inconséquences de la politique d'état qui subventionne très fortement les concentrations d'animaux destinés à l'exportation.
Ainsi, la ferme des «mille veaux» en limite du département reçoit 750 mille euros d'aide de l'Europe, de l'état, de la région et du département de la creuse, pour deux emploies crées qui en supprime bien d'autres. Tout cela pour l'exportation à bas prix des carcasses.
On nous annonce la ferme des mille porcs sur une commune voisine, pour lesquelles les surfaces d'épandage de lisier (chargé en antibiotiques entre autre) concernerait 200 hectares.
L'agriculture industrielle s'oppose à la relocalisation des productions, elle met en danger la santé et l'environnement. Pour cela le conseil départemental devra agir de concert avec les défenseurs d'une agriculture saine et créatrice d'emplois pour ne soutenir que les aides de bon sens.


Lire la suite

Saint-Tropez gardes côtes époque napoléoniène

1 Janvier 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Perre Estagerie

Voici des vues de la batterie de Capron à coté de saint Tropez des compagnies de cannoniers gardes côtes entre 1804 et 1815 

Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron

Saint-Tropez Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron

Lire la suite

Epoque Napoléoniène

1 Janvier 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Perre Estagerie

La Citadelle Fortifiée par Vauban

La plage des Salins

A partir des Salins sur la droite, on prend un sentier indiqué qui s’enfonce dans la garrigue à flanc de coteau par le sentier du littoral qui est un chemin de chèvre, vers la batterie de Capron

Vue depuis le sentier qui mène à la batterie de Capron proche de la plage des Salin.

Une partie des vestiges des installations de la batterie des Salins

Partie du bâtiment qui était le casernement que nous présente Laurent Pavlidis.

Attenant à la caserne des Salins un appentis qui servait d’abri pour le gardien.

En continuant le sentier du littoral, on arrive à l’emplacement de la batterie de Capron.

Aménagement de la batterie de Capron.

Partie vers la mer. Sur la partie arrière se trouve une guérite. Les hommes étaient probablement stationnés à la caserne des Salins proche.

Camarat avec le phare, sur le fond à droite on aperçoit le sommet du sémaphore

.

A partir de cet endroit, un chemin conduit sur la hauteur pour admirer le panorama. Un autre descend vers la batterie de Camarat et la mer.

A la batterie de Camarat le bâtiment à poudre

Camarat : Le casernement

Lire la suite

L'arbre à pain

22 Décembre 2014 , Rédigé par Roro Publié dans #Arbres et Nature

L’arbre à pain

Et si on reparlait des châtaigniers. Les années précédentes, la mode était de planter l’espèce « Marigoule » pour des raisons de résistances aux maladies puisque c’est un hybride et pour la commercialisation compte tenu que ces fruits sont très gros. C’est ce qui était conseillé malgré que la déhiscence des bogues soit médiocre, car ceci va bien pour les producteurs suffisamment importants qui peuvent posséder une machine à ramasser et à déboguer. Les conseils prodigués par la chambre d’agriculture ne concernent pas ou très peu les particuliers. Pour ceux-ci, il suffit qu’ils aient un ou deux arbres quelque soit l’espèce pourvu que les châtaignes se défassent bien. Par contre le petit producteur qui met en valeur un terrain et qui veut commercialiser ses fruits le cas échéant doit souvent se débrouiller seul.

Dés l’an passé le technicien conseillait plutôt « Bouche de Bétizac » pour pallier les inconvénients du Cynips. Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Cette année pour ceux qui avaient l’habitude de ne pas commander à l’avance leurs plans en raison de la faible quantité de leurs besoins, n’ont pas pu être servis. C’est la même chose pour « Bournette ». Pour ma part je me suis rabattu sur « Précoce de Migoule ». Cette espèce est une des trois les meilleurs parmi les hybrides. Elle à été sélectionnée à Migoule prés de Brive (comme Bétisac) par l’INRA. Elle ressemble beaucoup à Bétizac, elle est encore plus précoce et se conserve mieux, mais elle a un taux de partage au dessus de 12% ce qui la classe dans les châtaignes et non dans les marrons. Ceci n’a pas grande importance. Aucune pour sa propre consommation, ni pour la consommation « en frais » en dehors de certaines utilisations industrielles. Elle est un peu délaissée pour cette raison (parce que les moutons de panurges répètent ce qu’ils entendent pour montrer qu’ils savent quelque chose….)

Pour avoir planté l’an dernier deux arbres « Verdale » espèce Sativa c'est-à-dire 100% Européen, j’en ai une excellente impression. Sauf que les arbres sont sensibles à la rouille des feuilles Il faut éviter de les mettre dans un secteur où sévit l’Anthracnose ou les traiter les premières années, au printemps, à la bouillie bordelaise. Il est dit que ce marron est à peine moyen, il est très peu touché par le carpocapse et se conserve très bien. Les plans étaient de taille 10/12, c'est-à-dire de trois cm de diamètre environ, mesure prise à 1.4 m de hauteur. Un des deux a eu deux bogues. Une seule a donné trois fruits (il y a eu des problèmes de pollinisation cette année à cause de la pluviométrie). Ce qui ne suffit pas à m’indiquer d’une façon très précise ce qu’ils valent. J’ai pourtant pu constater que la saveur n’a rien à envier à bien des espèces locales dont on fait la promotion.

Yves Gayout le pépiniériste ne semble jurer que par Verdale et Chevanceau pour une production en vue de la consommation individuelle. Nous pourrons y revenir sachant que le problème de Chevanceau est une compatibilité limitée avec les portes greffes Hybrides.

Lire la suite

Débats actuels

14 Novembre 2014 , Rédigé par Roro Publié dans #Questions de société

Friot (2)

Dans une vidéo parut sur Face book Monsieur Friot semble ne pas reprendre l’idée d’augmentation du PIB par l’inflation (1) et présente les actions du ministère des affaires sociales de la libération, d’une façon bien plus proche de la réalité cette foi. Pour être plus objectif il faudrait ajouter, que la nécessité de reconstruction a produit une augmentation du PIB bien réel celle-là par l’accroissement de la production (2). Cette croissance a été un élément déterminent pour permettre les mesures sociales. La volonté de s’en prendre au capital étant bien affirmée de la part d’Ambroise Croizat à n’en pas douter et les réalisations du gouvernement dans le droit fil du programme du CNR, comme les services publics restent un exemple à suivre aujourd’hui.

Une notion est revenue encore selon laquelle « il ne faut pas taxer le capital ». si non ce serait le reconnaitre et le légitimer. La preuve en serait puisque pour rentabiliser les recettes ainsi crées on en serait amené à souhaiter que le capital se renforce. J’aurais préféré qu’il présente cette question comme une crainte possible et non comme une certitude. Nous retrouvons la, l’attitude qui me heurte au plus haut point : présenter des thèses de telle manière à ce que bon nombre d’interlocuteurs ne sont pas préparés à aborder ces données et donc s’en remettent à la parole du maître, qui en profite pour affirmer des choses non fondées.

Pourtant, je m’étais interrogé sur cette question précise il y a quelques temps, et le fait de poser la question permet de réfléchir, ce qui n’est pas improductif : La taxation du capital ne peut pas conduire au favoritisme en sa faveur puisque à terme l’accumulation de ce même capital est condamnée par ses contradictions. Plus précisément, la taxation des profils de l’actionnariat amène à l’assèchement du financement par action et permet donc à mettre en place un financement public avec la représentation de la nation et des salariés à la direction des entreprises. C’est ce que je crois ! Mais la discussion peut se dérouler sans anathème.

Nous retrouvons la une confrontation quand à savoir si les réformes (progressistes) sont ou peuvent être un élément de la révolution ou son contraire. La nécessaire nationalisation de Florange par exemple, montre qu’il n’était pas utile voire souhaitable d’attendre un hypothétique grand soir. La discussion est ouverte.

  1. L’inflation conduit à redistribuer les cartes ! à modifier les éléments constitutifs du prix d’une marchandise (au détriment du salaire) à plus forte raison lorsqu’on crée un nouveau prélèvement (nouvelle taxe) et non à l’accroissement de la valeur distributive.
  2. Toute ressemblance avec la situation sociale et économique actuelle serait erronée où la croissance n’est qu’un élément d’enrichissement des monopoles qui se livrent une concurrence effrénée et soumettent les peuples et le climat pour cela, avec la complicité de dirigeants qui ne représentent plus de fait l’intérêt des peuples.
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>