Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
lepainpartage.com

Articles avec #perre estagerie tag

Saint-Tropez gardes côtes époque napoléoniène

1 Janvier 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Perre Estagerie

Voici des vues de la batterie de Capron à coté de saint Tropez des compagnies de cannoniers gardes côtes entre 1804 et 1815 

Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron
Saint-Tropez  Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron

Saint-Tropez Vestige Batterie des gardes-côtes site de Capron

Lire la suite

Epoque Napoléoniène

1 Janvier 2015 , Rédigé par Roro Publié dans #Perre Estagerie

La Citadelle Fortifiée par Vauban

La plage des Salins

A partir des Salins sur la droite, on prend un sentier indiqué qui s’enfonce dans la garrigue à flanc de coteau par le sentier du littoral qui est un chemin de chèvre, vers la batterie de Capron

Vue depuis le sentier qui mène à la batterie de Capron proche de la plage des Salin.

Une partie des vestiges des installations de la batterie des Salins

Partie du bâtiment qui était le casernement que nous présente Laurent Pavlidis.

Attenant à la caserne des Salins un appentis qui servait d’abri pour le gardien.

En continuant le sentier du littoral, on arrive à l’emplacement de la batterie de Capron.

Aménagement de la batterie de Capron.

Partie vers la mer. Sur la partie arrière se trouve une guérite. Les hommes étaient probablement stationnés à la caserne des Salins proche.

Camarat avec le phare, sur le fond à droite on aperçoit le sommet du sémaphore

.

A partir de cet endroit, un chemin conduit sur la hauteur pour admirer le panorama. Un autre descend vers la batterie de Camarat et la mer.

A la batterie de Camarat le bâtiment à poudre

Camarat : Le casernement

Lire la suite

Un ancètre sous Napoléon

20 Mai 2013 , Rédigé par Roro Publié dans #Perre Estagerie

 

Pierre Estagerie

 

    Il a 21 ans et demi lorsque Pierre entre à l’armée au service canonniers dans une compagnie du 5èm bataillon de la Corrèze, le 2 Février 1794. Il est nommé lieutenant en second le 1è Octobre 1794 puis embarqué sur le vaisseau   « le sans culotte » sur la méditerranée le 20 Février 1795. C’est un navire de commandement d’une flotte de treize bateaux de guerre qui participe à la bataille de Gènes.  L’amiral Martin est au commandement, au large de la ville, face au cap Noli ce 14 Mars 1795 au cours de laquelle la flotte Française  affronte une coalition de Napolitains et  britanniques, qui sortent victorieux. Le sans culotte impressionne par sa puissance de feu, ce qui ne suffit pas, les navires « ça Ira » et « censeur » seront pris, pendant que le navire hopital « l’Illustrious » sera détruit au cours de la bataille.  Précédemment, le sans culotte portait le nom de Dauphin Royal, plus tard il sera rebaptisé L’Orient sous le commandement du capitaine Casabianca et servira de bateau amiral, il transportera l’armée de Bonaparte lors de ces campagnes en méditerranée.

 

  Pierre Estagerie est incorporé à l’armée d’Italie le 28 Décembre 1799 au cours cette campagne, il sera nommé lieutenant en premier le 6 Mai, il y restera jusqu’au 4 Février 1801. Nommé lieutenant à la première compagnie de Marseille le 29 Aout 1801. Il épouse le 25 Février 1802 Marie Thérèse Félicité Barbaroux à Colmar. Un premier enfant naitra un an plus tard sous le nom de Bernard Joseph (celui-ci sera avoué, époux Maroubie et décèdera  à Lagarde Enval le 12 Décembre 1840) Retiré avec traitement de réforme du 6 Mai 1802, il est remis en activité  le 7 Juillet 1803 comme Lieutenant à la 90 ième compagnie de garde côte, puis comme Capitaine à la 89 è Compagnie de la même arme. Un deuxième enfant verra le jour en 1804 dénommée Marie Claudine Césarine. (Elle décèdera à Lagarde le 10 Aout 1878 Veuve Perrier François) …………………… à  Suivre 

 

Lire la suite

Histoire

15 Mai 2013 , Rédigé par Roro Publié dans #Perre Estagerie

Une cousine  Annick,  a fait des recherches de généalogie. Ce travail était je suppose fastidieux  car il n’y a pas si longtemps, il fallait aller dans les mairies ou écrire pour avoir accès aux registres. Aujourd’hui, avec la numérisation, les actes sont consultables  par internet. Ceci l’a conduite évidemment vers Pierre Estagerie  qui fut capitaine sous l’armée de Napoléon 1èr, sujet pour lequel elle dut intervenir auprès du ministère des armées pour obtenir son dossier militaire. Que cet ancêtre fût, officier dans l’armée, en soi n’est rien d’autre qu’anecdotique. Cependant, ce qui peut avoir un intérêt,  est la relation qui existe de fait avec l’histoire de France. Ma grand-mère m’en avait parlé aussi du fait qu’il était relativement fortuné et que l’essentiel de cette manne « n’était pas venue de notre coté ».  Pour ma part je me suis questionné sur la famille de l’épouse de Pierre, son père Joseph était un marchand et habitait Colmar. Le nom des Barbaroux est très présent dans la région de Marseille et Colmar. Plusieurs  Barbaroux ont été lié à la révolution à divers titres, mais ces lignées de Barbaroux, sont t’elles parentes d’une façon significativement proche ?  J’en conclue à ce jour, que cela n’a aucune importance. Il est tout aussi valorisant le fait que nous ayons pour ancêtres la plupart du temps, des cultivateurs, simplement sans histoires, honnêtes travailleurs, humbles, méritants des souffrances endurées par les conditions qui leur étaient infligées et que nous ne soyons nous même que de simples mortels.

  Cependant, la connaissance des rendez-vous avec l’histoire qui ont pu s’opérer, nous familiarisent avec elle, voire nous passionnent. Ainsi un Charles Barbaroux en 1792 conduit un bataillon de jeunes volontaires de Marseille pour combattre les contre-révolutionnaires dans la capitale. Pendant le trajet  les jeunes chantent une chanson nouvelle, une marche Guerrière qui leur donne la cadence et entretien le courage. C’est pour cette raison paraît’ il, que les parisiens lui donnèrent le nom de «  Marseillaise »… Etonnant, non ?       

Lire la suite